En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre entité ainsi que par des tiers afin de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts, la possibilité de partager des articles sur les réseaux sociaux, et la réalisation de statistiques d'audiences.

Plus d'informations sur les cookies
Brèves d'infos sur notre page Facebook, cliquez...

Informations plus rapides

Partages avec d'autres publications

Commentaires à chaud

Made in chez-nous à Bagnères

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

DIMANCHE 7 JUILLET

FESTIVAL PIANO PIC 2019

Enregistrer

Enregistrer

Nos places et nos rues au fil du temps

Clic sur l'image

ads

Enregistrer

Enregistrer

Coup de coeur : Visitez nos sites

MADE IN CHEZ NOUS

2 sites de vente en ligne

www.espritdespyrenees.com

www.lainesdespyrenees.com

www.patrimoine-bagneres.fr/

www.lainesdespyrenees.com

Conférences Musée Larrey de Beaudéan

Enregistrer

L'aven de la Pindorle
 
On nous l’avait dit mais nous avions du mal a y croire : La Pindorle aurait disparue ! Pourtant tout le monde est conscient du réchauffement climatique, de la fonte des glaciers et de la banquise, mais on espérait tout de même la retrouver vivante, même si nous pensions ne pas la trouver  au meilleur de sa forme, au fond de l’intimité de son aven. Nous y étions descendus il y a une vingtaine d’années pour la dernière fois et elle était encore magnifique, droite et pure, brillant de mille feux sous nos projecteurs même si nous avions remarqué une légère déficience de ses rondeurs par rapport à la visite précédente. C’est lors de la canicule de l’été 2003 que les habitants du village de Bulan ont remarqué que l’eau de l’Arros se rafraîchissait en fin de journée alors que cela aurait du être le contraire, et le bruit à couru dans toutes les  Baronnies que Dame Pindorle était vraisemblablement en train de trépasser.

 

 
La Pindorle en juin 1973.
 
La Pindorle : Quesaco

En patois gascon, cela veut dire un pendentif, un objet qui pend et la notre était faite d’une glace bien blanche, voire translucide, et cela même au cœur de l’été Bigourdan et à une altitude des plus modestes, à peine 1500 mètres et des poussières. La colonne, parce qu’en fait il s’agissait bien d’une colonne,faite principalement d’une stalagmite qui rejoignait le sol à sa base, faisait prés de dix mètres de haut pour deux mètres de circonférence au niveau de l'entonnoir, c’est du moins ce que nous avions mesuré en 1987 lors de notre dernière descente. Le fond de l’aven était également tapissé de glace à tel point que les crampons étaient recommandés pour s’y mouvoir aisément. Cette particularité climatique et le maintien d’une température très fraîche dans la cavité vient en fait de l’existence de trois trous en surface qui entretiennent un courant d’air permanent propice à la formation et à la conservation de la glace. La trouver était déjà une aventure car elle était mal localisée sur les cartes de l’époque et je crois que sa pudicité y contribuait pour beaucoup.
 
 
La Pindorle en mai 1987


Son Histoire

C’est en août 1848 qu’une équipe d’érudits Bagnèrais conduite par le Dr Costallat accompagné d’un garde forestier  du Duc de Grammont (n’oublions pas qu’a cette période pratiquement toutes les forêts des Baronnies étaient la propriété de la Vicomté d’Asté, régies entre autres par la famille de Grammont). Un dénommé Dejeanne aurait réussi à atteindre le fond à l’aide d’un arbre tronçonné et jeté dans le puits ainsi que par l’utilisation de cordages. Il décrit une colonne de glace couchée de 25 m de long sur 80 cm de large. Il relève une température de 2° au fond du gouffre.
 
 
Dans l'entonnoir au fond du puits

Quelques années plus tard, le Dr Costallat y retourne et cette fois là y descend et décrit plusieurs colonnes de 5 mètres de haut pour 0,50 de large. D’autres sont au sol et la température est de 1,5° .
Suivirent quelques expéditions rondement menées par le Pyrénéiste Charles Packe qui réussit, lors de sa deuxième tentative à partir de Ste Marie de Campan,et d’y faire descendre une dizaine de personnes dont plusieurs dames, ce qui à l’époque n’était pas un fait coutumier. Dans ses descriptions littéraires, Packe fait état de colonnes de glace de 7 mètres de haut  pour un diamètre de 80 cm et remarque un entonnoir de glace d’une profondeur de 8 mètres.
 
 
Technique légère alpine.

Ce n’est bien plus tard en mai 1973 qu’une équipe du Club Alpin de Bagnères s’intéressera de nouveau à ce joyau des Baronnies avec tout d’abord une série d’investigations pour la retrouver en interrogeant quelques chasseurs et Bergers car le les indications annotées sur les cartes de l’époque n’étaient pas exactes. Puis il fallut se rendre à l’évidence que sa descente nécessitait du matériel approprié. La partie fut remise au 8 juin, date à laquelle la petite équipe touchait le fond et grâce à un système de lampes au magnésium déclenchées en série, réussissait une photo splendide (cliché noir et blanc en haut de page) ou l’on voit un des participants au pied d’une colonne de prés de 10 mètres de haut. Une autre descente fut organisée en 1977 à l’aide d’échelles pour constater que la Pindorle se portait toujours bien ; La suivante eut lieu en 1987 ou nous empruntâmes la troisième ouverture avec descente en rappel puis remontée en technique crampon-piolet-Jümar, ce qui facilitait grandement la tache car les remontées à l’aide d’échelles métalliques ne nous convenaient pas trop. L’auteur de ces lignes en profitait pour descendre dans l’entonnoir décrit par Charles Packe et notait que la base de la colonne mesurait prés de deux mètres de circonférence pour une colonne de prés de 8 mètres (photos couleur) . Notre dernière, j’allais dire ultime…j’espère que non … date de la mi-octobre 2007 pour constater qu’il n’y plus qu’un aven sombre fait uniquement de calcaire, de schiste et d’argile et que la féerie de ses draperies de glace ne se résume plus qu’à quelques mamelons insignifiants au sol, à demi dissimulés par les feuilles qui tapissent le bas du gouffre…
 
 
Réchauffement et désolation
 


Vous pouvez télécharger l’itinéraire d’accès en cliquant sur le document pdf ci-dessous.
Les lecteurs ayant d’autres informations sur la Pindorle des Hautes Baronnies peuvent prendre la liberté de laisser un commentaire ci-dessous.

 
<

 


L'artisanat français à tendance durable


Iineraire de la Pindorle.pdf
Ajouter un commentaire - 2 commentaires
1237265 visites
OK
Contact B2BA.com

Le temps qu'il fait là-haut

Le 7 avril : Les Coumes du Pic

ARTISANAT DE BIGORRE

LAINAGE DES PYRENEES

Bagnères Classic Trial

CCHB

Site officiel de Bagnères

Office de Tourisme
Stade Bagnèrais Rugby

©apc2011

Les Chanteurs Montagnards

Enregistrer

ads

Page d'accueil et partenaires:

a3w.fr © 2019 - Informations légales - www.bagneres-adour.com