En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre entité ainsi que par des tiers afin de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts, la possibilité de partager des articles sur les réseaux sociaux, et la réalisation de statistiques d'audiences.

Plus d'informations sur les cookies
Brèves d'infos sur notre page Facebook, cliquez...

Informations plus rapides

Partages avec d'autres publications

Commentaires à chaud

Made in chez-nous à Bagnères

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

DIMANCHE 7 JUILLET

FESTIVAL PIANO PIC 2019

Enregistrer

Enregistrer

Nos places et nos rues au fil du temps

Clic sur l'image

ads

Enregistrer

Enregistrer

Coup de coeur : Visitez nos sites

MADE IN CHEZ NOUS

2 sites de vente en ligne

www.espritdespyrenees.com

www.lainesdespyrenees.com

www.patrimoine-bagneres.fr/

www.lainesdespyrenees.com

Conférences Musée Larrey de Beaudéan

Enregistrer

Symbole fort de la ville de Bagnères

 
 
 
Symbole fort de la ville de Bagnères, la « Tour des Jacobins » dite Tour de l’Horloge est située en plein centre de la vielle ville. Elle mesure 35 mètres de haut et a été rehaussée d’un étage financée par un particulier au 19° siècle après avoir été rachetée par la municipalité en 1833, elle fut doté d’une horloge trois ans plus tard, d’où son nom, et par la suite de sirènes d’alarme.
Sa construction, de style gothique flamboyant daterait du 14° et elle reste l’unique vestige du monastère des Dominicains fondé en 1344 et qui occupait une bonne partie des Bourgs nord et dont l’emplacement correspond en gros à La résidence de l’Hôtel de France.
Le boulevard Carnot portait autrefois le nom de « Daré eths Mounyes »*, il est vrai que les moines ont marqué de leur empreinte la vielle ville de Bagnères pendant plusieurs siècles. Le Claus des Mounges occupait un quadrilatère délimité au nord par le Boulevard Carnot, à l’Est par la rue de la République, au Nord par l’avenue de la Fontaine Ferrugineuse et à l’ouest la rue des jardins à proximité du quartier des cagots (Vergés). L’Eglise primitive de ce vaste ensemble religieux aurait été situé à l’extérieur des murs d’enceinte des vieux bourgs sur le boulevard Carnot à l’emplacement ou se trouve la Pharmacie du boulevard , les docteurs Menvielle-Forgues et le peintre Jacques Place…Cette première construction aurait été détruite au printemps 1367 par les troupes d’Henri de Trastamare en guerre contre l’occupant anglais (Suite au traité de Brétigny la Bigorre était vassale de la couronne d’Angleterre et gouvernée par le Prince Noir.)
Les rescapés auraient formulé le souhait de s’installer derrière les murailles, ce qui n’était pas visiblement du bon goût des bourgeois Bagnérais et une dizaine d’année plus tard les autorisations de reconstruction auraient été accordées par le Pape Urbain V et le Roi Charles V. Le clocher fut construit d’après ce que l’on sait vers les années 1380, il comportait un étage de moins et était doté d’un clocheton pointu que l’on retrouve sur la fresque murale de Perrot sur le mur ouest de l’ancienne mairie. A proximité se trouvaient un cimetière (plusieurs sarcophages auraient été découverts puis jetés à la décharge publique) et une pierre sculptée représentant les seize mystères de la vie, cette pierre aurait était vendue à la fin du 19° et nul ne sait ou elle se trouve. Coté Boulevard Carnot, lors du réaménagement de l’Hôtel de France en résidence, d’importants vestiges furent découverts et sauvés d’une démolition certaine.
 
 

La rue de l’horloge portait autrefois le nom des « Caouteres », nom donné aux chaudronniers La construction attenante à l’orient de la tour et donnant sur la rue fut jadis utilisée comme relais de poste, on en trouve trace sur les vieux plans de 1787 avant qu’il ne migre sous le nom de Postes aux Lettres à proximité de la place de Strasbourg et de la bijouterie Minvielle. Cet emplacement que l’on distingue sur les anciennes cartes postales présentées fut transformé en Ecuries puis en garage et remises pour cabriolets avant d’être transformé en maison particulière ou se trouve l’accès de la tour.
Pour en savoir plus nous vous conseillons de lire :
Le Grand souvenir du couvent des Jacobins – Anne Battle Grand – Bulletin de la Sté Ramond 1996

*Mounyes = Moines, francisé plus tard en Monge (La Mongie – Terre des moines)
 


 
 
 
 
 
 
 
 
Vers 1900, axe Ouest-Est
 
 
La librairie Frèma (aujour'hui occupée par l'Aquarelliste Philippe Lhez)
 
 
Vue de du haut de la tour vers le Casino et les Vergés
 

Ajouter un commentaire
1229390 visites
OK
Contact B2BA.com

Le temps qu'il fait là-haut

ARTISANAT DE BIGORRE

Le calendrier 2019 des Chanteurs Montagnards

Site officiel de Bagnères

CCHB

Office de Tourisme
MODE IN PYRENEES

Stade Bagnèrais Rugby

©apc2011

Les Chanteurs Montagnards

Enregistrer

ads

Page d'accueil et partenaires:

a3w.fr © 2019 - Informations légales - www.bagneres-adour.com